Titre

A la une Economie France Informatique International Loisirs Médias Sciences Société Sport



Flux de données - RTL Net

Flux de données - RTL Net

Flux de données - RTL Net
Val-de-Marne : agressée et droguée en pleine rue, ils lui dérobent 100.000 euros de bijoux

Une femme a été agressée dans la rue mercredi 15 janvier à Saint-Mandé (Val-de-Marne) par plusieurs individus qui l'ont étourdie en la droguant, lui dérobant près de 100.000 euros de bijoux.


Les faits se sont déroulés aux alentours de 20h00 dans cette ville de la proche banlieue parisienne, a précisé cette source, confirmant une information du Parisien. La victime est prise pour cible par plusieurs individus alors qu'elle sort de sa voiture, à quelques mètres de son domicile. Elle est plaquée au sol, puis perd brièvement connaissance, les malfrats lui ayant collé sur le nez et la bouche un tissu imbibé d'un produit chimique.


"Étourdie, elle se rend compte qu'on lui enlève ses bagues une à une mais ne parvient pas à se défendre", détaille la source. Montant du butin : près de 100.000 euros. 


Choquée, les jours de la victime ne sont pas en danger. Aucune interpellation n'a pour l'heure eu lieu. L'enquête a été confiée à la police judiciaire du Val-de-Marne.


La rédaction vous recommande


-----------------------------------------------------
Marine Le Pen "veut attirer une partie de l'électorat de Mélenchon", dit Duhamel

Privée de son rôle d'ambassadrice des pôles, Ségolène Royal a été au cœur de l'actualité de la semaine. Jugée trop bavarde et critique envers l'exécutif, elle disait sur RTL ce jeudi 16 janvier qu'on voulait "la faire taire". Ce qui se passe est assez logique, au fond, elle a ainsi déclaré sa candidature à la candidature. 

Qu'elle soit obligée de quitter ses fonctions après les critiques très violentes contre le gouvernement qui l'emploie, c'est assez logique quand il s'agit d'une fonction de premier plan comme elle qu'elle occupait. Quant au fait qu'on l'ait attaquée sur un plan financier par ailleurs, ça me paraît moins évident. Ségolène Royal est très habile dans ce qui concerne la communication. Elle a assez largement retourné la situation en sa faveur. Du coup, je pense qu'elle apparaît plutôt comme une victime, que comme une coupable.

Je pense que ça réveille autour d'elle, non seulement de la tension, mais une sorte de séduction chez une partie des Français. Le fait que la gauche réformiste soit actuellement un désert lui donne l'espérance de jouer un rôle. Après, est-ce que ça peut aller très loin, est-ce quelle sera bien accueillie, est-ce qu'elle aura un appareil à sa disposition et de l'argent ? Tout cela reste en suspension. 

Cela reste important quand même, car c'est une candidature à la candidature qui s'est déclarée plus de deux ans à l'avance.


Une vraie candidature, celle de Marine Le Pen


Il y a aussi déjà une femme qui est candidate à la présidence de 2022, c'est Marine Le Pen, la patronne du Rassemblement national. Elle est déjà sur les rangs alors qu'on est en janvier 2020.  


On a donc une singularité avec une candidature à la candidature et une vraie candidature, celle de Marine Le Pen. Les deux femmes qui ont été l'une comme l'autre qualifiées pour le second tour de l'élection présidentielle sont déjà, d'une certaine manière, sur les rangs, ou en tout cas ont envie de l'être.  


Marine Le Pen veut entretenir le duel implicite avec Emmanuel Macron


Je crois que Marine Le Pen a besoin d'être pressée car elle espère détourner à son avantage le mécontentement et les critiques des Français face à la réforme des retraites. Elle espère ainsi attirer vers elle une partie de l'électorat de Jean-Luc Mélenchon. Elle souhaite aussi entretenir le duel implicite qui existe entre Emmanuel Macron et elle. Enfin, à moins de trois mois des élections municipales, Marine Le Pen a cherché à prendre les devants car elle pense que la droite classique, première force locale en France, va entraîner un changement de rapport de force. 


La rédaction vous recommande


-----------------------------------------------------
Brexit : faire sonner Big Ben le 31 janvier, la question divise les Britanniques

Faire sonner ou ne pas faire sonner Big Ben pour célébrer le Brexit ? Telle est la question. À quelques jours de la date fatidique, le Brexit déchaîne encore les passions, attisées par le combat des europhobes britanniques pour que Big Ben marque cet événement historique.


En effet, les autorités compétentes ont beau avoir enterré l'idée, les partisans les plus farouches de la sortie du Royaume-Uni de l'Union européenne n'en démordent pas, la cloche la plus célèbre du monde doit sonner le 31 décembre à 23 heures. Afin d'y parvenir, ils tentent de mobiliser l'opinion pour que soit célébré ce moment historique.


Âgée de 160 ans et logée dans la tour Elizabeth du Palais de Westminster, Big Ben est réduite au silence depuis plus de deux ans en raison de vastes travaux de restauration. Elle ne sonne plus qu'en de très rares occasions comme le Nouvel An ou des commémorations historiques. Les europhobes souhaitent malgré tout la mettre à contribution pour marquer le divorce européen après près d'un demi-siècle de mariage.


Le Parlement juge que cela coûterait trop cher


Fin de non recevoir du côté du Parlement, qui a déclaré ce mardi 14 janvier que cela coûterait trop cher. Faire sonner Big Ben le 31 janvier supposerait de relancer le mécanisme et retarderait l'avancée des travaux. L'opération, vu les travaux actuels, pourrait coûter jusqu'à 500.000 livres, soit 585.000 euros.


Fervent partisan du Brexit, le Premier ministre Boris Johnson a quant à lui relancé l'idée, évoquant la possibilité d'une souscription publique, qui a suscité l'enthousiasme des journaux et élus eurosceptiques. Quelque peu embarrassés, ses services ont dû ensuite calmer leurs ardeurs, expliquant que le Parlement n'était en réalité pas autorisé à utiliser de tels fonds.


Lancé sur le site GoFundMe, notamment par le député conservateur Mark Francois, l'appel aux fonds réunissait vendredi plus de 150.000 livres, soit plus de 180.000 euros. Même une ministre a ainsi donné 10 livres. Pour Mark François, il est "inconcevable" que cette cloche légendaire ne retentisse pas pour un tel événement. Le gouvernement est "embarrassé par le Brexit et n'en est pas fier", a de son côté attaqué Nigel Farage, figure de la campagne en faveur de la sortie de l'Union européenne lors du référendum de 2016.


Le danger du triomphalisme dans un pays divisé


Certains médias eurosceptiques ont accusé les partisans du maintien dans l'Union européenne d'avoir gonflé l'estimation des coûts pour faire sonner Big Ben, assurant que la cloche avait bien retenti pour célébrer le Nouvel an. Pourtant, ce combat est loin de faire l'unanimité, même au sein des partisans du Brexit. "Vous avez perdu la boule ?", titre une parodie virale de la Une du tabloïd Daily Express, pointant du doigt ceux qui "veulent dépenser un demi-million pour faire sonner une cloche" malgré la pauvreté et en pleine crise climatique.


Downing Street a assuré que des événements seraient bien organisés pour marquer ce "moment historique". Mais en privé, certains reconnaissent le danger que constituerait tout forme de triomphalisme dans un pays encore divisé par la sortie de l'Union européenne.


En effet, "pour beaucoup de monde, ce ne sera pas un moment de joie", a averti le député indépendantiste écossais Patrick Grady, dont la formation est résolument pro-européenne. Face à ce refus, le groupe eurosceptique Leave.EU a demandé à ce que les cloches de toutes les églises du pays sonnent le 1er février, pour "célébrer la nouvelle indépendance du Royaume-Uni".


L'organisme représentatif des sonneurs de cloches "ne cautionne pas l'idée"


Mais l'organisme représentatif des sonneurs de cloches "ne cautionne pas l'idée de (les) faire sonner pour des raisons politiques", a déclaré son porte-parole Vicki Chapman, ajoutant cependant que cela restait "à la discrétion" de chaque clocher. Face à cet énième pied-de-nez, un commentateur a proposé que chacun amène sa propre cloche lors d'un rassemblement prévu le jour J devant le Parlement.


Une levée de fonds concurrente a en outre été lancée par une Londonienne, au profit d'une association aidant les réfugiés. Elle y promet de "se tenir à côté de Big Ben et de crier 'bong' très fort".


La rédaction vous recommande


-----------------------------------------------------
Drôme : à 19 ans, il organise un trafic de voitures volées depuis une prison

Des voleurs et des pirates informatiques. Dans la Drôme, un groupe de jeunes s'est mis à briser les vitres des voitures et toujours les mêmes modèles : récents et équipés de systèmes électroniques. Ils les faisaient démarrer avec des clefs vierges et un logiciel permettant de connecter ces clefs aux véhicules. 

Un matériel informatique acheté sur le Darknet, un réseau internet parallèle, qui aurait permis à ce groupe de jeunes originaires de Valence, de dérober 41 voitures en seulement deux mois. 

Claude Borelli, le commandant de police qui a dirigé l'enquête explique ce nouveau phénomène : "C'est pour cela qu'on arrive à voler des voitures de grand luxe maintenant. On se dit qu'elles sont hyper sécurisées, mais non. Il suffit d'un bon ordinateur, d'une bonne clef de déverrouillage et on peut partir avec une voiture d'une belle valeur."

Ces pirates obéissaient aux ordres d'un jeune détenu de 19 ans depuis sa cellule, il donnait des directives via son téléphone portable. L'un de ses bras droits assurait l'exécution des vols sur le terrain. Tous devraient être jugés pour vol en bande organisée et recel. 


La rédaction vous recommande


-----------------------------------------------------
Nîmes : des sujets d'examen volés dans une école de police, l'épreuve reportée

Des sujets d'examen d'officiers de police judiciaire ont été dérobés dans un coffre-fort sécurisé de l'école de police de Nîmes, entraînant l'annulation de l'épreuve au niveau national, selon le ministère de l'Intérieur et une source proche de l'enquête.


L'inspection générale de la police nationale (IGPN) a été saisie de l'enquête. "Il n'y a pas d'effraction sur le coffre-fort et uniquement les sujets d'examens ont été volés, d'autres documents ont été laissés", a indiqué à l'AFP une source proche de l'enquête, en précisant que si le vol a été constaté vendredi 17 janvier au matin, il a pu se dérouler il y a plusieurs jours. 


Peu de policiers, des gradés pour la plupart, disposent de la clef permettant l'ouverture du coffre."Ça ne peut venir que de quelqu'un de la maison", a affirmé un policier à La Dépêche du Midi.


Les sujets étaient destinés à un concours de gardiens de la paix pour une cinquantaine d'élèves de l'école nationale de police. Le journal local précise aussi que les candidats avaient déjà planché quatre heures sur un premier sujet.


La rédaction vous recommande


-----------------------------------------------------
On défait le monde du 17 janvier 2020

Cyprien Cini et la rédaction de RTL passent l'actualité de la semaine au scanner.


-----------------------------------------------------
Ségolène Royal : François Hollande prend sa défense

L'ancien président de la République François Hollande a pris vendredi 17 janvier la défense de Ségolène Royal, dont il est l'ex-compagnon, en estimant qu'on avait manqué à son égard d'"élégance" et de "reconnaissance".


Ségolène Royal "mérite de la reconnaissance pour ce qu'elle a fait d'abord dans les gouvernements auxquels elle a participé. Elle a été plusieurs fois ministre de l'Environnement, de l'Écologie : c'est une femme qui a toujours eu ses opinions, qui les a toujours exprimées", a estimé François Hollande, qui participait aux Assises de la citoyenneté organisées à Rennes.


"Elle s'était consacrée aux pôles parce qu'on lui avait demandé de le faire. Je pense qu'elle aurait mérité de pouvoir poursuivre sa mission (d'ambassadrice des pôles, ndlr). Je pense qu'on a manqué d'élégance, et surtout de reconnaissance", a ajouté l'ancien chef de l'État (2012-2017).


L'ancienne ministre socialiste, visée par une enquête préliminaire sur l'usage fait des moyens mis à sa disposition en tant qu'ambassadrice des pôles, et mise en cause par le gouvernement pour ses critiques de la politique menée, notamment la réforme de retraites, a dit jeudi avoir déjà quitté son poste d'ambassadrice. Elle avait été nommée par Emmanuel Macron en 2017.


La rédaction vous recommande


-----------------------------------------------------
Renault a limité la casse en 2019 grâce à Dacia
Automobile : Dacia fait un véritable carton historique

Vive le low cost à la française. Nos constructeurs automobiles sont à la peine, le groupe PSA a vu ses ventes mondiales baisser de 10% en 2019, Renault s'en tire avec un recul de 3,4% mais sa marque phare Dacia fait un véritable carton historique.


La marque inscrit une 7e année de hausse en Europe, une augmentation de 10%. C'est un nouveau record de vente avec plus de 560.000 voitures vendues grâce au succès de la citadine Sandero, voiture préférée des particuliers, et du 4x4 Duster. Dans le monde, Dacia se vend aussi bien et marque une augmentation de 5%.

L'autre marque de Renault, Lada, elle aussi progresse. À l'inverse, chez PSA c'est la marque haut de gamme DS qui tire son épingle du jeu avec une augmentation de 17%. Citroën s'en sort bien également en Europe mai ailleurs, tout est dans le rouge de Peugeot à Opel. C'est sur le premier marché mondial, celui de la Chine, que la chute est la plus sévère : 55% de baisse, soit 75 000 voitures en moins l'an dernier.


Voitures électriques, nouvelles stars ?


Les normes très dures qui arrivent sur les rejets de CO2 pousse les constructeurs à mettre les doigts dans la prise. Et c'est l'américain Tesla qui désormais occupe la première place en Europe sur ce marché devant Renault.


Malgré tout, le Français a le sourire puisqu'il connait une augmentation de 23% grâce à sa Zoé, et a réalisé 50 000 ventes l'an dernier. La marque prévoit même une augmentation de 70% en 2020 avec l'annonce d'une arrivée surprise, celle d'une petite Twingo toute électrique qui devrait arriver dans les prochains mois.


La rédaction vous recommande


-----------------------------------------------------
L'Entretien du jour du 17 janvier 2020

Thomas Sotto vous donne rendez-vous pour l'Entretien du jour.


-----------------------------------------------------
Perte de la 3e étoile de Bocuse : Macron, sur RTL, a "une pensée pour Monsieur Paul"
Emmanuel Macron réagit au micro de RTL à la perte de la 3e étoile du restaurant Bocuse

Cela faisait plus d'un demi siècle que L'Auberge du Pont de Collonges affichait fièrement 3 macarons. Deux ans presque jour pour jour après la disparition de Paul Bocuse, son restaurant mythique perd une étoile au Guide Michelin, qui justifie : "La qualité de l'établissement demeurait excellente mais plus au niveau d'un trois étoiles".

"J'ai une pensée pour la mémoire de Monsieur Paul et sa famille", réagit Emmanuel Macron au micro de RTL ce vendredi 17 janvier. "Le Président de la République n'est pas là pour refaire le classement des uns des autres, il y a des règles et chacun est maître de ça, indique-t-il. Mais je veux avoir une pensée pour ce qui représente sa famille, pour tous ceux qu'il a formé et ça ne saurait enlever la part unique de Paul Bocuse dans la gastronomie française".

"Quand on défend nos agriculteurs on défend aussi l'ensemble de cette chaîne d'artisans qui transforment les produits, qui servent tous ces métiers de la gastronomie et de la table, a poursuivi le chef de l'État. Je veux continuer à célébrer cette excellence. Et j'aurais l'occasion de célébrer aussi tous ceux qui avec le Bocuse d'or la célèbrent, comme je le fais chaque année".


La rédaction vous recommande


-----------------------------------------------------

18.232.51.247