Titre

A la une Economie France Informatique International Loisirs Médias Sciences Société Sport



Flux de données - RTL Net

Flux de données - RTL Net

Flux de données - RTL Net
Algérie : 41 arrestations vendredi après les manifestations contre Bouteflika

Les rues d'Alger ont été le théâtre d'une forte mobilisation contre un nouveau mandat du président Abdelaziz Bouteflika, vendredi 22 février. Si aucun incident majeur n'a été signalé, la police annonce samedi que 41 personnes ont été interpellées, dont 38 à Alger où quelques heurts ont eu lieu entre la police et des manifestants qui tentaient de rejoindre la présidence de la République.


Ces personnes ont été arrêtées "pour troubles à l'ordre public, actes de vandalisme, dégradation des biens, violence et voies de fait", selon un communiqué de la Direction générale de la Sûreté nationale (DGSN).

Ce nombre d’arrestations est faible au regard de la forte mobilisation vendredi 22 février et semble confirmer que la police a largement toléré les marches. Dans la capitale, où les manifestations sont strictement interdites depuis 2001, des milliers de personnes ont pourtant défilé. Selon une source sécuritaire algérienne qui s'est confiée à l'AFP, quelque 20.000 manifestants ont été recensés sur l'ensemble du territoire national, dont plus de 5.000 à Alger et 4.000 à Béjaïa (environ 200 km à l'est de la capitale). 

Abdelaziz Bouteflika veut un 5e mandat

Les appels à la mobilisation se sont répandus notamment sur les réseaux sociaux après l'annonce d'une nouvelle candidature du président Bouteflika pour un cinquième mandat à la tête du pays. Abdelaziz Bouteflika, âgé de 81 ans, est au pouvoir depuis 1999

Victime en 2013 d'un accident vasculaire cérébral (AVC) qui l'a depuis cloué dans un fauteuil roulant, n'apparaît plus que rarement en public. "Selon toutes les informations que j'ai collectées, il est dans l'incapacité totale d’exercer une mission de président de la République. En revanche il est conscient", a déclaré sur RTL Mohamed Sifaoui qui a pu s'entretenir avec des fonctionnaires algériens soucieux de voir le pays sortir du marasme.

La rédaction vous recommande

-----------------------------------------------------
Benalla : Montebourg évoque son licenciement pour "des raisons accablantes"

Arnaud Montebourg ne mâche pas ses mots sur Alexandre Benalla et s'interroge. Invité du Journal inattendu sur RTL depuis le salon de l'agriculture, l'ancien ministre a réagi sur l'affaire qui empoisonne le gouvernement et l'Élysée depuis plusieurs mois. 


Arnaud Montebourg avait employé Alexandre Benalla comme chauffeur personnel avant de le licencier en juillet en 2012. Interrogé sur le fait que Benalla a nié avoir été renvoyé par Arnaud Montebourg après un délit de fuite en voiture, l'ancien ministre a répondu : "La commission d’enquête (du Sénat NDLR) a retrouvé le document administratif du licenciement d’Alexandre Benalla, il y avait des raisons publiées dans le rapport. Les raisons sont accablantes", a-t-il précisé en faisant allusion aux motifs de son renvoi.

"Ce que je sais, c’est qu’il était arrivé le 21 juin et qu’il est parti le 1er août. Cela fait cinq semaines. Je me suis trompé de quatre semaines, mais lui, ne peut pas nier le problème de comportement qu’il a eu", a encore ajouté l'ancien ministre.

Et l'ancien ministre de commenter l'embauche ensuite d'Alexandre Benalla en tant que chargé de mission à l'Élysée, malgré ses frasques : "Ça ne me regarde pas, mais je pense que vous avez un personnage extrêmement sulfureux et dangereux. Je ne comprends pas comment quand quelqu'un est viré pour des motifs tout à fait établis, on le réembauche à un poste supérieur. C’est bizarre ce monde", a encore déclaré l'ancien ministre.

Dans un rapport explosif, la commission d'enquête du Sénat a pointé une série de "dysfonctionnements majeurs au sein des services de l'État" qui ont pu "affecter" la sécurité du président et "les intérêts" du pays, évoquant notamment des "pouvoirs excessifs laissés à un collaborateur inexpérimenté". 

La rédaction vous recommande

-----------------------------------------------------
"Gilets jaunes" : une plateforme Amazon bloquée à Toulouse

"Amazon détruit les emplois et la planète". C'est avec ce slogan inscrit sur des tracts que plusieurs dizaines de manifestants ont tenté de sensibiliser des automobilistes samedi 23 février à Toulouse. Près de la plateforme de vente en ligne toulousaine, des pneus ont été entassés, empêchant toute livraison. La plateforme a dû être fermée. 

Parmi la centaine de manifestants, des "gilets jaunes" toulousains mais aussi des membres d'Attac ou d'ANV COP21. Emmanuel Macron veut faire payer la transition écologique par les plus pauvres. Pourquoi ne pas faire payer les gros pollueurs qui doivent déjà de l'argent à la société ?", pouvait-on lire aussi sur les tracts. 

"Ce ne sont pas les contribuables qu'il faut taxer mais les multinationales comme Amazon qui fait partie des 90 multinationales responsables à 60% des émissions de gaz à effet de serre", a déclaré auprès de l'AFP le chargé de presse d'ANV COP21 (Action non violente Cop21). Le blocage de la plateforme toulousaine pourrait durer une majeure partie de la journée, sauf si les manifestants se rendent à la manifestation prévue en début d'après-midi dans la ville rose, a précisé à l'AFP un membre d'ANV COP21.

La rédaction vous recommande

-----------------------------------------------------
Météo : soleil et beau temps vont-ils encore durer ?

Un mois de février exceptionnel. Plusieurs records de chaleur ont été battus vendredi 22 février dans l'hexagone, en particulier sur les côtes méditerranéenne et atlantique. Ainsi, dans l'Hérault, le mercure a atteint les 24,7°C à Béziers (23,1°C en février 2012), 24,1°C à Saint-Martin-de-Londres (23,1°C en février 2012) et 23,6°C à Montpellier (22,5°C en février 2012).

Même constat dans le Gard, dans les Bouches-du-Rhône, en Charente-Maritime ou encore en Vendée, où des records ont été battus à Noirmoutiers et à l'île d'Yeu. 

Météo France évoque un "ensoleillement excédentaire sur l'ensemble du pays". "Cela s'explique par les conditions anticycloniques qui perdurent depuis le 12 février sur la France et favorisent un temps sec et globalement très ensoleillé", peut-on lire dans un communiqué publié vendredi 22 février.

Résultat ? 110 heures d'ensoleillement ont été enregistrées à Strasbourg, soit 76% de plus que la normale, 110 heures également à Nevers (+72%) ou encore 98 heures à Paris (+67%) et 97 heures à Saint-Brieuc (+71%). 

Du soleil jusqu'à mercredi

Et cette situation devrait encore durer quelques jours. Selon les prévisions de Météo France, le soleil devrait s'imposer jusqu'au mercredi 27 février. Et ce, malgré des températures en légère baisse sur l'ensemble du territoire.

En revanche, la pluie devrait faire son retour le lendemain, le jeudi 28 février. Si l'ouest du pays sera touché en premier par les averses, l'organisme météorologique, dont l'indice de confiance est de 3 sur cinq, prévoit des averses sur une grande majorité du territoire l'après-midi. Seules la côté méditerranéenne et la Corse devraient être épargnées.

La rédaction vous recommande

-----------------------------------------------------
Pédophilie : l'Église a "détruit" des dossiers, assure un proche du pape François

Cette déclaration risque de faire grand bruit. Alors que le pape François a décidé de réunir la hiérarchie épiscopale de la planète afin de la mettre face à ses responsabilités dans les nombreux scandales d'agressions sexuelles sur mineurs, un cardinal allemand a décidé de sortir du silence.

Reinhard Marx, un proche conseiller du souverain pontife, a en effet déclaré en marge de ce sommet organisé au Vatican, que l'Église avait détruit plusieurs dossiers en lien avec des affaires d'abus sexuels. "L'administration n'a pas contribué à accomplir la mission de l'Église mais, au contraire, elle l'a voilée, discréditée et rendue impossible. Des dossiers qui auraient pu documenter ces actes terribles et indiquer le nom des responsables ont été détruits ou n'ont pas même été constitués", a déclaré le président de la conférence épiscopale allemande dans un discours aux 190 participants.


"Des procédures et des processus établis pour poursuivre les délits ont été délibérément non respectés, plutôt rayés et ignorés. Les droits des victimes ont été, de fait, foulés aux pieds et laissés au caprices de personnes individuelles", a insisté le cardinal Marx. 

Une plus grande transparence

Ce proche du pape François a également critiqué "le secret pontifical" souvent mis en avant par l'Église et qui n'avait, selon lui, aucune justification face à des cas d'abus sexuels perpétrés par ses membres. Il a en outre préconisé une plus grande transparence sur les procès menés par l'Église, une revendication importante des victimes d'abus sexuels. Selon le cardinal allemand, le nombre de cas examinés par des tribunaux de l'Eglise et des détails sur ces cas doivent autant que possible être rendus publics. 


Depuis jeudi 21 février et jusqu'à dimanche 24 février, toute la hiérarchie de l'Église catholique échange sur ce sujet hautement sensible. "Le peuple de Dieu nous regarde et attend de nous non pas de simples et évidentes condamnations, mais de préparer des mesures concrètes et efficaces", avait déclaré le pape François.

La rédaction vous recommande

-----------------------------------------------------
Pour Jean-Marie Le Pen, le cimetière juif profané est "une bonne opération de com'"

Nouveau dérapage pour Jean-Marie Le Pen. Sur son blog, l'ancien président du Front national a réagi à la profanation du cimetière juif de Quatzenheim, dans le Bas-Rhin, où 96 tombes ont été marquées à la bombe de croix gammées bleues et jaunes.


Alors que les partis politiques ont fait preuve d'unité face à la multiplication des actes antisémites de ces dernières semaines, le "Menhir" a misé sur un registre bien différent. Selon lui, le cimetière a été "vandalisé de manière très professionnelle" et "très propre" par des "spécialistes" dont "on voit d'où ils peuvent venir".

Et Jean-Marie Le Pen ne s'arrête pas là. "S'il y avait de l'antisémitisme en France, ce genre d'opération aurait eu lieu dans 300, 500 ou 1.000 cimetières", lance-t-il dans cette vidéo, publiée jeudi 21 février.

Sous-entendu un certain complotisme dans cette affaire. Celui qui est toujours député européen a notamment fait le lien avec la manifestation contre l'antisémitisme et le dîner du Crif, organisés respectivement le 19 et 20 février. "Le fait qu'il ait lieu dans un seul cimetière, et justement, comme par hasard, la veille de la manifestation contre l'antisémitisme, c'est une bonne opération de com'. D'autant qu'il y avait, le surlendemain le dîner du Crif", dit-il.

Alors que 20.000 personnes se sont réunies à Paris pour dénoncer ces attaques, Jean-Marie Le Pen estime que cette manifestation n'était pas "un grand succès". Et de poursuivre : "Cela se comprend parce qu'il n'y pas d'antisémitisme en France qui justifie une mobilisation de l'opinion".

Une remise en cause des chiffres

Dans un registre similaire, l'ancien candidat à la présidentielle met même en doute l'augmentation des actes antisémites avancée par le ministère de l'intérieur. "Je demande qu'on nous donne la liste de toutes les exactions qui ont été commises contre les juifs, de telle façon qu'on puisse faire la différence entre un graffiti, un meurtre, un coup de téléphone, ou un croche-pied à l'école", lance-t-il. 

En 2018, les actes antisémites ont bondi de 74% en France, selon les chiffres communiqués par Christophe Castaner le 11 février dernier. Les actes antisémites sont passés de 311 en 2017 à 541 l'an passé.

La rédaction vous recommande

-----------------------------------------------------
Salon de l’agriculture 2019 : l'urgence de susciter des vocations

Ce chiffre est impressionnant : un agriculteur sur deux en France a plus de 55 ans, donc la moitié des agriculteurs sera bientôt à la retraite. Dans les six ans qui viennent, il va falloir trouver plus de 200.000 jeunes à installer, c'est un défi énorme et l'une des questions de ce salon est : comment susciter des vocations ? 

Serge Esteveny, éleveur de Gascones dans le Tarn, des vaches à viande, a 55 ans, pense à la retraite mais pour le moment, ses enfants ne veulent pas reprendre son exploitation. "J'ai trois enfants, deux garçons et une fille, les deux aînés qui ont 26 et 22 ans n'ont pas voulu reprendre le flambeau, pour le moment. (...) C'est un très très beau métier, je suis un passionné de vaches, mais aujourd'hui vu les perspectives de la filière et le manque de visibilité par rapport à notre charge de travail et la rémunération, mes enfants ont décidé de travailler à l'extérieur", témoigne cet éleveur.

Et puis avec la mondialisation, l'Europe qui protégeait ses frontières les ouvre toujours plus aujourd'hui. Il y a eu l'accord avec le Canada, l'Amérique du sud... et nos agriculteurs ont du mal a être compétitifs. Leur coût du travail est élevé, y compris au sein de l'Europe et puis, c'est vrai que la société française est exigeante, elle veut bien manger, elle veut la sécurité, elle veut moins de pesticides et donc on impose aux paysans français des normes supérieures à celles des autres pays.

Les consommateurs doivent s'interroger

L'interdiction du glyphosate, le désherbant, est le meilleur exemple. C'est un désherbant qui permet de produire moins cher alors si on l'interdit en France mais qu'on continue à importer d'Allemagne ou du Brésil des céréales traitées aux glyphosate, on rend nos agriculteurs moins compétitifs et on continue, nous consommateurs, à manger du glyphosate.

Alors comment convaincre des jeunes de devenir agriculteur quand on voit aussi les revenus de cette profession ? Un tiers vivent avec moins de 350 euros par mois et on leur demande des prix toujours plus bas. Alors c'est à nous, consommateurs, de nous interroger : la nouvelle loi a suscité de gros espoirs pour mieux rémunérer les agriculteurs mais on voit qu'à part la filière du lait où des accords à la hausse sont passés entre éleveurs et grands groupes, elle ne marche pas cette loi.

Il y a tout de même de l'espoir quand on s'intéresse à cette agriculture qui marche, avec deux mots clés : modernité et qualité. S'en sortiront les agriculteurs qui pourront investir dans des robots, des drones pour les aider à gagner en productivité et la France est plutôt a la pointe à ce niveau-là. Ceux qui feront de la qualité devraient bien s'en sortir aussi, avec des labels, des fromages AOP, du bio. Il n'y a jamais eu autant d'installations d'agriculteurs bio l'an dernier. Et puis il y a des filières ou les éleveurs sont mieux payés, celles qui offrent aux consommateurs des garanties : pas d'OGM, moins de pesticides, du goût... Une partie des gens est prête à payer un peu plus cher son litre de lait ou sa barquette de fraises donc oui, il y a encore de l'espoir.

La rédaction vous recommande

-----------------------------------------------------
Inde : au moins 93 morts à cause d'alcool frelaté, 200 personnes hospitalisées

Le bilan est déjà extrêmement lourd. En Inde, 93 personnes sont mortes et 200 autres hospitalisées après avoir bu de l'alcool frelaté dans le nord-est du pays. Un drame qui intervient moins de deux semaines après une affaire identique qui avait fait une centaine de morts dans le nord du pays.

"Le nombre de morts (dans le district) est passé à 58 et 75 autres personnes sont actuellement soignées" dans des hôpitaux locaux, a déclaré à l'AFP Dhiren Hazarika, un responsable du district de Golaghat dans l'Etat de l'Assam. Dans le district voisin de Jorhat, un responsable a fait état de la mort de 35 personnes qui avaient consommé de l'alcool trafiqué. 

La plupart des victimes, parmi lesquelles figurent de nombreuses femmes, travaillaient dans des plantations de thé de la région. "Les gens sont arrivés à l'hôpital en proie à d'intenses vomissements, à bout de souffle et avec de fortes douleurs dans la poitrine", a expliqué le docteur Ratul Bordoloi, directeur adjoint des services de santé à Golaghat. 

Une enquête ouverte

Une enquête a déjà été ouverte afin de faire toute la lumière sur cette affaire. La police a annoncé l'arrestation d'un homme qui vendait de l'alcool frelaté et deux responsables de l'administration des impôts dans le district ont été suspendus, faute d'avoir pris les précautions adéquates avant la mise en vente de cet alcool.

Mi-février, une centaine de personnes avaient succombé en un week-end à de l'alcool frelaté et de nombreuses victimes avaient dû être hospitalisées, dans une zone située à 150 km au nord de la capitale New Delhi. La police avait alors déclenché une vaste opération contre les distilleries clandestines.

40% de l'alcool produit illégalement

Des centaines d'Indiens pauvres meurent chaque année après avoir consommé de l'alcool frelaté bon marché. Les contrebandiers ajoutent souvent du méthanol - un alcool hautement toxique parfois utilisé comme antigel - dans leur breuvage afin de le corser.

Des cinq milliards de litres d'alcools bus chaque année en Inde, environ 40% sont produits illégalement, selon l'International Spirits and Wine Association of India. 

La rédaction vous recommande

-----------------------------------------------------
Le meilleur de Laurent Gerra avec Pascal Sevran et Guy Lux

Et si l'émission The Voice avait existé il y a quelques années ? Accompagné de Jade, sa fidèle acolyte, Laurent Gerra s'est amusé à imaginer ce qu'aurait pu donner le télé-crochet avec d'autres présentateurs que Nikos Aliagas, comme Pascal Sevran. "Aaaah on est bien !", lance Pascal Sevran, imité par Laurent Gerra, sur un air de piano. Il présente les jurés de The Voice, "dans leurs fauteuils de cosmonautes", qui "vont écouter sans les voir des vedettes qui sont là pour nous faire plaisir".

Enfin comment ne pas imaginer Guy Lux en grand maître de cérémonie de l'émission ? "Bonsoir à toutes et à tous. Ce soir, dans ce "Ring Parade", nous lançons un coup de chapeau à la musique, avec un top club à The Voice", clame l'animateur, lui aussi imité par Laurent Gerra.

Exit également Julien Clerc, Jenifer, Soprano et Mika... Les anciennes gloire de la chanson française ont également pris place sur les célèbres fauteuils rouges au côté de Guy Lux. "Je vous rappelle que notre grand jury est composé ce soir de Sophie Darel, Jairo, Jane Manson, Nicoletta, Stone et Charden, Hervé Vilard et les Martin Circus qui s'éclatent au Sénégal et aussi ce soir dans The Voice !", lance l'animateur.

La rédaction vous recommande

-----------------------------------------------------
Trafic routier : Bison Futé voit noir dans le sens des départs au ski

Week-end end difficile sur les routes en perspective. C'est en effet le début des vacances scolaires pour la zone C, la deuxième semaine pour la zone A et la fin pour la zone B. Les difficultés devraient se concentrer aux abords des stations de ski, alors que Bison Futé voit noir en Auvergne-Rhône-Alpes dans le sens des départs et rouge dans le sens des retours dans la même région ainsi qu'en Bourgogne, dans le Grand Est. 


Au niveau national, samedi est classé orange dans le sens des départs et vert pour les retours. Pour samedi, il était conseillé de quitter la région parisienne avant 8H et, en région Auvergne-Rhône-Alpes, d'éviter de circuler sur l'autoroute A43 en direction des Alpes, entre 6H et 18H, l'A40 et l'A48 entre 7H et 16H, la N90 entre 10H et 17H. 

Dans le sens des retours, il faudra mieux là encore éviter l'A43 en direction de Lyon, entre 6H et 18H, et en région Bourgogne, la circulation sera très dense entre Beaune et Mâcon sur l'A6, entre 10H et 16H. Rassurez-vous, dimanche est classé vert. 

La rédaction vous recommande

-----------------------------------------------------