Titre

A la une Economie France Informatique International Loisirs Médias Sciences Société Sport



Flux de données - RTL Net

Flux de données - RTL Net

Flux de données - RTL Net
Noël 2019 : pourquoi il faut faire ses achats dès novembre

Noël approche à grand pas. L'an dernier, les Français avaient prévu de dépenser en moyenne 571 euros pour leurs cadeaux. Et pour en profiter au maximum, il vaut mieux les dépenser maintenant. 

En effet, acheter ses cadeaux de Noël à cette période de l'année serait le meilleur moment pour les payer moins chers. Selon Que Choisir, entre début septembre et fin décembre, certains prix peuvent varier de 35%. En 2018, le magazine a relevé le prix de 46 jouets "vedettes" du 1er septembre au 31 décembre 2018. 

Résultat : c'est en novembre que les jouets sont les moins chers. Une "tendance à la baisse" qui ne dure pas longtemps. Car, comme il est spécifié dans les catalogues de jouets, les prix ne sont pas garantis jusqu'au 25 décembre, à l'exception de JouéClub. Les prix repartent vite à la hausse et retrouvent un niveau élevé pour décembre, période à laquelle s'achètent le plus généralement les cadeaux de Noël. Géant Casino garantit ses prix jusqu'au... 24 novembre, quand La Grande Récré les fixe jusqu'au 1er décembre. 

Éviter le monde et les ruptures de stock

D'après le magazine, la meilleure période pour acheter des jouets, c'est donc entre la mi-novembre et la fin du mois. Autre conseil : bien comparer les enseignes à toutes les dates. Que Choisir prend l'exemple de Cubby l'ours curieux : il est affiché à 70 euros en moyenne sur les catalogues de JouéClub, Carrefour ou Auchan, quand il est à 100 euros chez Géant Casino et Hyper U.  

Acheter ses cadeaux en novembre, cela permet aussi de profiter de la gigantesque opération promotionnelle du Black Friday. Même si le gros des promotions débutera à partir du vendredi 29 novembre, plusieurs marques optent pour une stratégie plus large pour se démarquer des concurrents. Résultat : certaines enseignes vont faire débuter leurs opérations dès le lundi 25 novembre 2019 pour les faire terminer une semaine plus tard, le 1er décembre. 

Enfin, faire ses courses de Noël en novembre, cela permet d'éviter les foules remplies de retardataires et les ruptures de stock.  

La rédaction vous recommande

-----------------------------------------------------
Les infos de 12h30 - Réforme des retraites : l'âge pivot fait son retour dans le débat ?

Les futurs retraités vont-ils devoir travailler plus longtemps ? La question se pose à la lecture du rapport du Conseil d'orientation des retraites qui vient d'être remis aux partenaires sociaux. Le déficit prévu sera compris entre 8 et 17 milliards d'euros en 2025, pour l'entrée en vigueur du futur régime universel.

Et si l'on veut régler ce problème, il va falloir cotiser et travailler plus longtemps. L'une des pistes de l'État, pour combler le déficit à venir, est bien entendu de retarder l'âge du départ en retraite. Parmi les nombreuses méthodes envisagées par le gouvernement, c'est celle de l'âge pivot qui semble tenir la corde.

Si l'on prend un scénario moyen, pour partir à la retraite il faudrait atteindre l'âge pivot à 63 ans et demi. Avant cet âge, le salarié pourra partir avec une retraite un peu amputée, une décote, et après 63 ans et demi il pourra bénéficier d'un bonus de pension, une surcote.

Cette hypothèse d'âge pivot a déjà été proposée par le haut-comissaire à la réforme des retraites Jean-Paul Delevoye, mais ne semblait pas être la solution numéro un du chef de l'État. Le Conseil d'orientation remet donc une pièce dans la machine, à moins de 20 jours de la très attendue mobilisation du 5 décembre.

À écouter également dans ce journal

Poulidor - L'enterrement de la légende du cyclisme a eu lieu, ce mardi 19 novembre, dans la collégiale de Saint-Léonard à Saint-Léonard-de-Noblat. Sa famille était présente, ainsi que de nombreux anonymes.

Effondrement d'un pont à Mirepoix-sur-Tarn - Le camion qui traversait le pont au moment du drame est suspecté d'être à l'origine de l'effondrement. Le poids lourd se serait engagé sur l'édifice limité à 19 tonnes, avec un chargement excédent les 40 tonnes.

Terrorisme - Le procès de Bilal Taghi, un détenu radicalisé, s'est ouvert aujourd'hui à la Cour d'assises de Paris. L'homme avait agressé deux surveillants de prison, en blessant un gravement à la carotide.

La rédaction vous recommande

-----------------------------------------------------
Pont effondré à Mirepoix-sur-Tarn : "Je suis abasourdi et catastrophé", dit le maire sur RTL

L'effondrement d'un pont de Mirepoix-sur-Tarn, causant la mort de deux personnes dont une adolescente de 15 ans, a provoqué la stupeur et l'effroi dans la commune. Invité de RTL midi, le maire, Éric Oget, se dit lui aussi "sidéré, abasourdi, catastrophé". 


Le pont se serait écroulé à cause d'un camion poids lourd. Le chauffeur, malheureusement décédé, était le directeur de l'entreprise spécialisée dans les forages, installée à 600 mètres du pont. "Selon les plongeurs de la gendarmerie, le camion pesait autour de 45 tonnes", affirme Éric Oget, alors que le pont était interdit aux véhicules de plus de 19 tonnes. 

Le chauffeur pouvait-il ignorer cette interdiction ? Pourquoi n'a-t-il pas emprunté le pont spécialement conçu pour supporter des charges lourdes, situé 4 kilomètres plus loin ? Le maire ne l'explique pas. "Je crois qu'il allait sur un chantier, ça aurait été plus facile de circuler par cet autre pont, qu'est-ce qu'il s'est passé ? Je ne sais pas", a-t-il déclaré. "On se dit en tout cas que c'est cela qui a provoqué l'accident".

En tout cas, Éric Oget affirme n'avoir jamais vu ce type de camion circuler sur le pont auparavant. "On a de temps en temps remarqué un poids lourd qui devait être en léger surpoids, mais de cette dimension là jamais", dit-il. À la suite de ce drame, l'État s'est dit prêt à aider les communes à rénover des ponts qui en auraient besoin. 

La rédaction vous recommande

-----------------------------------------------------
Le nucléaire : ce que vous ne savez pas

Comment marche une centrale nucléaire ? Quels sont les risques environnementaux du nucléaire ? Est-ce qu’il coûte vraiment moins cher ? Le nucléaire peut-il sauver le climat ? Quelle est la stratégie de la France ? On en parle avec notre invitée la journaliste Géraldine Woessner.


à lire : Faut-il sortir du nucléaire ? chez First.

La Curiosité vous recommande

-----------------------------------------------------
La découverte du tombeau de Toutankhamon !

En novembre 1922 le britannique Howard Carter s’apprête à faire la découverte la plus spectaculaire de l’égyptologie, celle du tombeau du pharaon Toutankhamon. On vous raconte l’histoire de l’expédition Carter avec l’écrivain Robert Solé.


La Curiosité vous recommande

-----------------------------------------------------
DIAPORAMA - Poulidor : anonymes et célébrités rendent un dernier hommage à "Poupou"

Le froid vif et le léger brouillard n'ont pas découragé des centaines de personnes de se rendre dans le village limousin de Saint-Léonard-de-Noblat aux obsèques de Raymond Poulidor, le 19 novembre. 4 à 500 personnes ont pris place pour une cérémonie religieuse mêlant accordéon, évangiles et hommage du directeur du tour de France Christian Prudhomme.


À l'entrée de Saint-Léonard, une grande banderole au-dessus de la route "Merci Poupou" avec photo de Raymond, saluait les visiteurs. Au-dessus du porche de la Collégiale, un grand portrait de "Poupou" dans ses vieux jours, mais toujours sur sa bicyclette, faisait un grand geste d'adieu souriant.

Peu après l'arrivée de la ministre des Sports Roxana Maracineanu, le cercueil de Poulidor, salué par les applaudissements de la foule, est entré dans l'église, porté notamment par Thévénet et Hinault, au son d'un air d'accordéon qu'il aimait, "Bruyères corréziennes".

À l'intérieur de la Collégiale, Claude Mazeaud, 82 ans, est venu de Lalinde en Dordogne, à 2 heures 30 de route. "J'étais coéquipier avec lui en 62 et 63. C'est très dur pour moi. C'est une image du cyclisme qui disparaît, notre génération. On était vraiment copains", raconte-t-il. "Je suis allé le voir à l'hôpital quand il était malade, il souffrait".

La rédaction vous recommande

-----------------------------------------------------
Bouches-du-Rhône : une conductrice de bus agressée sexuellement à Martigues

Samedi 16 novembre, une conductrice a été agressée sexuellement alors qu'elle conduisait son bus à Martigues. Choquée, elle a interrompu son service, imitée par ses collègues en signe de solidarité, indique La Provence.


L'homme suspecté a été interpellé quelques minutes après grâce à la vidéo surveillance. Ce Soudanais âgé de 26 ans est également suspecté de s'être livré à des attouchements sexuels sur une jeune fille de 16 ans, la veille, également dans un bus. Il a nié les faits qui lui sont reprochés et sera jugé ce mardi 19 novembre en comparution immédiate. 

Les conducteurs de bus de la ville n'ont pas repris le service de la journée. "Nous ne sommes pas dans une logique de droit de retrait car l'agresseur (présumé, ndlr) a été interpellé une heure après, il n'y avait donc pas de danger grave et imminent ", a cependant estimé Pierre Durand, président de la RTM/OM qui exploite le réseau, interrogé par nos confrères de La Provence.

La rédaction vous recommande

-----------------------------------------------------
Agression à la prison d'Osny : "Je suis un homme brisé", témoigne le surveillant
Agression à la prison d'Osny : "Je suis un homme brisé", témoigne le surveillant

Ce surveillant de prison, agressé il y a 3 ans dans la maison d'arrêt d'Osny, dans le Val-d'Oise, a décidé de prendre la parole. Alors que le procès du détenu, qui s'était jeté sur lui, s'ouvre ce mardi 19 novembre, Philippe se dit "marqué à jamais" par cette attaque terroriste, la toute première en milieu carcéral.


"Je suis un homme brisé qui tente de se remettre debout", confie-t-il au micro de RTL. "On n'oublie pas, malgré tout, ça revient", ajoute-t-il. "J'ai tenté de reprendre à un moment et il s'en est suivi une autre agression à caractère terroriste, dans un autre établissement, ça m'a fait rechuter", explique-t-il.

Et d'ajouter : "Aujourd'hui, encore, j'ai des appels de soutien de mes collègues parce qu'ils se sentent tous concernés. Il y en a même qui ont quitté la pénitentiaire après cette histoire". Le détenu, qui avait fabriqué une arme blanche, a expliqué n'avoir aucun regret et se dit même prêt à recommencer. Il encourt la perpétuité.

La rédaction vous recommande

-----------------------------------------------------
Pau : un homme retranché dans un immeuble menace de "faire tout sauter"

Une opération de police est en cours ce mardi 19 novembre au matin près de la place Gramont à Pau (Pyrénées-Atlantiques) : un homme, vraisemblablement déséquilibré, s'est retranché depuis 8h30 ce matin chez lui, dans son appartement rue Bordenave d'Abere. D'après nos informations, il est seul et on ne sait s'il est armé.


Selon nos confrères de Sud-Ouest, l'individu -âgé d'une trentaine d'années- menace de "faire tout sauter" et aurait même répandu de l'essence dans les escaliers pour embraser tout l'immeuble. 


Les autres habitants de l'immeuble ont appelé lundi soir alors que certains avaient été menacés par cet homme, alors armé d'un marteau. Très agressif, il a aussi frappé violemment à plusieurs portes en hurlant.


Les forces de l'ordre ont été contraintes d'intervenir ce mardi matin vers 7h. Le gaz a été coupé. L'immeuble entier a été évacué, ceux attenants aussi, et un périmètre de sécurité a été mis en place. Le Raid est sur place, une négociation est en cours.

Ce n'est pas la première fois que cet homme se montre menaçant et agressif. Selon La République des Pyrénées, plusieurs plaintes ont déjà été déposées à son encontre par ses voisins et son propriétaire l'a aussi signalé pour violences. 

La rédaction vous recommande

-----------------------------------------------------
Norvège : un coffre-fort de glace pour protéger toutes nos données informatiques

Un coffre-fort de glace pour protéger les archives informatiques de la planète pendant au moins 1.000 ans. Que restera-t-il en 3019 de tout ce que nous écrivons aujourd'hui sur nos ordinateurs ? Comment conserver notre savoir ? On va pouvoir le protéger près du pôle Nord, sur l’île norvégienne du Spitzberg.
 
C'est d'ailleurs le même endroit où sont déjà conservées des semences agricoles du monde entier comme le blé, les tomates ou toutes les graines vivrières de la planète. Le tout dans un bunker à 250 mètres sous terre, sous la glace, sur une île norvégienne.

Dans 1.000 ans, il y aura sans doute toujours des ordinateurs mais pour lire les archives d'aujourd'hui, il faudra avoir les bons logiciels. Imaginez un historien en 3019 qui essaie d'écouter les archives de RTL... Des milliers de logiciels et de base de données vont donc être enfermés en Arctique puisque les disques actuels, CD, clés USB, disques durs s’abîment avec le temps, l'humidité et la chaleur. Le seul moyen de les conserver longtemps, c'est le frigo.

Les données conservées sur des films en polyester

Si les archives papiers résistent plutôt bien au temps, c'est moins le cas pour les disquettes informatiques. On peut lire aujourd'hui des textes écrits sur papier il y a plus de 1.000 ans, mais pour des archives sur CD achetés il y a 10 ans, certaines données ont déjà pu disparaître.

Aujourd'hui, toute une partie de la connaissance mondiale n'est plus sur papier mais stockée sur des médias éphémères. C'est la mission du GitHub Archive Program pour préserver des logiciels et des données pendant . 000 ans. Mais sur quoi ces données vont-elles être stockées ? Sur des films en polyester. A condition d’être préservées de l’humidité et des changements de températures.

Et Microsoft, qui s'est associé au projet, va graver d'autres types d'archives, notamment toutes les archives nationales des États qui le souhaiteront. Elles seront gravées au laser sur du verre de silice, qui résiste à tout. Le tout enfoui dans ce coffre fort de glace, en Norvège, qui est une ancienne mine de charbon.

La rédaction vous recommande

-----------------------------------------------------

3.93.75.242