Titre

A la une Economie France Informatique International Loisirs Médias Sciences Société Sport



Flux de données - RTL Net

Flux de données - RTL Net

Flux de données - RTL Net
États-Unis : une première exécution au fentanyl prévue ce mardi

C'est une première aux États-Unis. Ce mardi 14 août, l'État du Nebraska devait procéder à l'exécution d'un prisonnier par une injection létale contenant du fentanyl, un puissant opioïde à l'usage controversé.

Âgé de 60 ans, Carey Dean Moore est condamné à mort pour avoir tué deux chauffeurs de taxi en 1979. Un cocktail de quatre substances, dont trois qui n'ont jamais été utilisées lors d'une exécution, doit lui être administré : le sédatif diazépam, le puissant analgésique fentanyl, le relaxant musculaire cisatracurium et du chlorure de potassium, qui arrête le coeur.

Le fentanyl est 50 fois plus fort que l'héroïne et près de 100 fois plus fort que la morphine. Ce puissant opiacé a tué plus de 20.000 personnes en 2016 aux États-Unis, et a causé de nombreuses morts par overdose dans le cadre de la crise des opioïdes, qui sévit en Amérique du Nord depuis le milieu des années 2000.

Un laboratoire pharmaceutique s'oppose à l'exécution

Dans le but de protéger sa réputation, le laboratoire pharmaceutique allemand Fresenius Kabi avait engagé le 7 août dernier une procédure judiciaire pour stopper la condamnation à mort de Carey Dean Moore, affirmant que le Nebraska avait illégalement obtenu des produits auprès de sa société. L'appel a finalement été rejeté par un tribunal fédéral, qui a donné lundi 13 août son feu vert à l'exécution.

L'Union américaine pour les libertés civiles (ACLU), une organisation américaine de défense des droits civiques, a également demandé à la justice du Nebraska que l'exécution de Carey Dean Moore soit retardée, les avocats arguant que sa peine a été automatiquement commuée en peine de prison à perpétuité en 2015 quand le Nebraska a aboli la peine capitale, un an avant que les électeurs ne la rétablissent par référendum.

38 ans dans le couloir de la mort

Carey Dean Moore n'avait que 22 ans lorsqu'il a été condamné à mort pour le meurtre de deux chauffeurs de taxi à Ohama, en août 1979, à cinq jours d'intervalle. Il a reconnu avoir tué par balle le premier lors d'un braquage réalisé avec son frère. En 2007, il a écrit avoir tué le second après une course, "pour se prouver bêtement" qu'il était capable "d'enlever tout seul la vie d'un homme".

Après avoir passé 38 ans dans le couloir de la mort, le prisonnier a fait savoir qu'il ne voulait plus que l'exécution soit repoussée.

La rédaction vous recommande

-----------------------------------------------------
Italie : ce que l'on sait de l'effondrement d'un viaduc à Gênes

Les images sont impressionnantes. Un viaduc autoroutier s'est effondré mardi 14 août à Gênes (Italie), tuant au moins 30 personnesselon un bilan provisoire communiqué par le gouvernement italien. Le ministre des Transports Danilo Toninelli parle d'une "immense tragédie".

Plusieurs dizaines de mètres du pont sont manquants. Près de 200 pompiers sont mobilisés pour porter assistance aux victimes, et tenter d'en retrouver sous les décombres. Sur les images prises sur place, on voit les secours s'activer autour de carcasses de voitures et de camions, dont ils extirpent des victimes.

"Nous suivons la situation minute par minute, je remercie les 200 pompiers qui sont à l'oeuvre pour sauver des vies", a déclaré le ministre de l'Intérieur Matteo Salvini. RTL.fr fait le point sur ce que l'on sait de cette catastrophe.

Que s'est-il passé ?

Le viaduc du Polcevera, dit pont Morandi du nom de son ingénieur, s'est effondré vers midi mardi 14 août. L'un des trois pylônes du pont a cédé, et le tablier est tombé dans le vide sur plusieurs dizaines de mètres, comme le montrent des images diffusées par la police.

Avec le pont, plusieurs véhicules ont été entraînés vers le sol, plusieurs dizaines de mètres plus bas. Le pont traverse un quartier plutôt industriel de Gênes, et aucune habitation ne semble avoir été touchée par l'effondrement. Le viaduc s'est principalement écroulé sur les voies ferrés qu'il surplombait. Il a également effleuré les locaux d'une usine produisant de l'énergie, mais seul le parking aurait été touché. Et à l'approche du 15 août, l'entreprise était quasiment vide, à l'exception d'une équipe de maintenance, indique l'AFP.

Certaines personnes sont restées coincées dans le tunnel précédant le viaduc après son effondrement, sans comprendre la situation. "On a commencé à entendre des sirènes, raconte Matthieu à RTL. Les policiers nous ont demandé de faire demi-tour", tout en leur apprenant le drame qui venait de se jouer à quelques mètres d'eux.

Un pont construit dans les années 1960

Long de plus d'un kilomètre, le viaduc du Polcevera survolait la ville de Gênes dans le Nord de l'Italie. Il supportait un tronçon de l'autoroute A10, qui alterne entre viaducs et tunnels en raison du relief très accidenté de la région.

Le pont qui s'est effondré avait été construit entre 1963 et 1967, et était supporté par trois pylônes. Des travaux de consolidation avaient été entamés en 2016.

Plusieurs accidents de pont en Italie

Le réseau routier italien est depuis plusieurs années en mauvais état, victime d'une usure accélérée et d'un manque criant d'investissements. Ces dernières années, plusieurs ponts se sont déjà effondrés dans le pays.

En 2016 par exemple, c'est le passage d'un poids lourd sur un pont au-dessus d'une voie rapide qui provoque son effondrement. En mars 2017, c'est la chute d'un pont sur l'A14 qui coûte la vie à deux automobilistes.

Selon l'Anas, la société publique en charge des routes italiennes, il faudrait consacrer 2,5 milliards d'euros par an à l'entretien et à la modernisation du réseau. Or, soulignent Les Échos, son plan 2016-2020 ne prévoit d'investir qu'un milliard d'euros par en moyenne. De 2007 à 2013, seuls 180 millions d'euros par an ont été dépensés pour entretenir le réseau routier italien.

La rédaction vous recommande

-----------------------------------------------------
Taïwan : à 70 ans, ce grand-père est accro à Pokémon Go

Il veut tous les attraper. Chen San-yan, un taïwanais de 70 ans, est devenu accro à Pokémon Go. Dans ce jeu mobile basé sur la réalité augmentée, le joueur est géolocalisé et doit trouver et capturer les Pokemon en se baladant dans la rue. 

Chen San-yan est devenu accro après avoir été initié par son petit-fils en 2016. Depuis, alors que l'intérêt pour ce jeu s'essouffle partout dans le monde, celui de ce grand-père ne fait que grandir

Il parcourt ainsi tous les jours les rues de Taipei sur son vélo sur lequel pas moins de 11 smartphones sont branchés en permanence. Celui qu'on surnomme affectueusement Oncle Pokémon est capable de jouer 20 heures d'affilée et dépense plus de 1.000 euros par mois en transaction et équipement.

Et sa passion ne s'arrête pas là : il compte bientôt s'armer de 4 téléphones supplémentaires pour encore mieux chasser les petites bestioles numériques. Pour Oncle Pokémon, jouer est non seulement un plaisir, mais lui permet également de garder son cerveau actif et d'éviter les effets de l'Alzheimer. 

La rédaction vous recommande

-----------------------------------------------------
Vacances : l'appartement qu'ils louent sur Leboncoin n'existe pas

Ils avaient trouvé la perle rare : un T3 en location à 400 euros la semaine, dans le centre de Biarritz (Pyrénées-Atlantiques) qui plus est. Le problème, c'est que cet appartement n'a jamais existé. En arrivant sur place, les douze vacanciers concernés ont ainsi constaté qu'ils avaient été victimes d'une arnaque via Leboncoin, le site sur lequel ils avaient loué le T3.


"Il faut une certaine naïveté pour penser que pour 400 euros la semaine on a un appartement en plein centre ville. Il y a des escrocs qui profitent de cette naïveté", a confié à France 3 Michel Veunac, le maire de Biarritz. En effet, en haute saison, le prix d'une telle location environne plutôt les 1.200 euros la semaine, soit le triple du prix qu'ont payé les vacanciers.

Les douze victimes, qui avaient fait un virement préalable au faux propriétaire, ont porté plainte mais le commissariat craint qu'ils ne soient pas les derniers à tomber dans le panneau d'ici la fin du mois. Pour rappel : afin de s'assurer de la fiabilité d'une offre sur Leboncoin, il faut vérifier que le numéro d'enregistrement officiel - délivré par la ville et obligatoire pour toutes les locations saisonnières - soit bien affiché.

La rédaction vous recommande

-----------------------------------------------------
Violences conjugales : Marlène Schiappa réagit à l'expulsion d'une femme battue

"Une femme qui subit jusque dans son domicile des violences conjugales doit être aidée, pas expulsée ! La société toute entière doit se ressaisir et agir solidairement" a déclaré Marlène Schiappa sur Twitter le 14 août. La secrétaire d'État à l’égalité femmes-hommes a réagi à l'expulsion d’une femme battue par son compagnon à La Garenne-Colombes (Hauts-de-Seine). Elle a publié l'intégralité de la lettre qu'elle adresse au bailleur 3F. 

Elle réclame une procédure de soutien pour cette femme. "Ne pas réagir quand on est informé de violences conjugales, c’est de la non-assistance à personne en danger" ajoute-t-elle.

Battue par son compagnon cette mère de famille est sous le coup d'une procédure d'expulsion de son logement à cause du bruit causé par ces violences. "La plainte déposée pour violence conjugale par Madame ne fait que corroborer les troubles", écrit le juge du tribunal d'instance de Colombes, qui a ordonné l'expulsion. Ces "troubles" dérangeaient le voisinage.

Elle a jusqu'au 12 septembre pour quitter son logement

Les "troubles" ont été signalés au bailleur par les voisins, rapporte Le Parisien. "Personne ne venait me voir", souligne la femme à propos de ses voisins. "Je ne comprends pas qu’on m’expulse avec deux enfants à cause de bruits". Elle doit quitter son logement avant le 12 septembre. Le bailleur avait déjà réagi en assumant la procédure et en expliquant qu'il travaillait à une solution de relogement.

Dans son courrier, Marlène Schiappa invite le bailleur à lui fournir des informations sur la manière dont s'est déroulée l'affaire. "Je tiens à attirer votre attention sur la particulière gravité des faits et je me permets de vous solliciter pour de plus amples renseignements sur le contexte de cette affaire : ces informations sont-elles exactes ? Est-ce habituel pour votre groupe d'expulser des locataires au motif qu'elles sont victimes de violences dans leur domicile ?", écrit-elle.

La secrétaire d'État rappelle également qu'en France une femme décède tous les trois jours sous les coups de son compagnon. Le numéro 3919 est destiné aux femmes victimes de violences, ainsi qu’à leur entourage et aussi aux personnes témoins de violences conjugales. 

La rédaction vous recommande

-----------------------------------------------------
Royaume-Uni : une fillette mordue dans son lit par un renard

Les parents d'Heidi ont eu une grosse frayeur. À Orpington (au sud de Londres), leur fille de 3 ans a été attaquée en pleine nuit, dans son lit, par un renard qui s'était introduit dans sa chambre, rapporte Ouest France.

La petite fille, à qui il arrive de se réveiller dans la nuit, s'est mise à hurler. Mais cette fois-ci, ses parents ont senti que quelque chose était différent. "Quand je suis arrivé en haut de l’escalier, j’ai entendu la panique dans sa voix", raconte son père au quotidien britannique Daily Mail. En allumant la lumière dans la chambre de la petite fille, il a juste eu le temps de voir un renard s'échapper par la porte. Heidi criait "Renard ! Renard !" et avait des marques de morsures et de griffures sur son bras.

À cause des fortes chaleurs, la famille avait laissé la porte arrière de leur maison ouverte. L'animal en a probablement profité pour entrer. "J’en suis malade. Je venais de coucher Heidi après lui avoir lu une histoire. Normalement, notre bébé de 4 mois partage sa chambre. Il aurait pu être dans la pièce. Cela aurait pu être très grave…", poursuit George Cooper auprès du Daily Mail. Les blessures de la petite fille ne sont heureusement que superficielles.

D'après une étude de l'université de Brighton citée par le journal anglais, près de 150.000 renards vivent en ville en Angleterre. Si les attaques sont rares, ces animaux se montrent agressifs lorsqu'ils ont faim.

La rédaction vous recommande

-----------------------------------------------------
Effondrement d'un viaduc en Italie : "On a vu des pompiers qui passaient en courant"
Matthieu allait franchir le viaduc quand celui-ci s'est effondré

Le catastrophe a semé l'effroi parmi les automobilistes : le viaduc Morandi situé à Gênes en Italie sur lequel passe l'autoroute A10 s'est écroulé mardi 14 août sur plusieurs dizaines de mètres. Matthieu allait s'engager sur le viaduc quand celui-ci s'est effondré. "C'est le tunnel qui est juste avant le pont, on commence à entendre des sirènes derrière. Tout le monde s'écarte, on laisse passer des policiers" explique-t-il à RTL. 

"Là les policiers reviennent vers nous et nous demandent avec les microphones en disant de remonter rapidement dans les voitures et de faire demi-tour. Il y a pas mal de Français dans le tunnel donc on s'est vite retrouvé à se poser des questions sur ce qu'il se passait. On voyait des pompiers qui passaient à pied en courant entre les voitures, à travers les files de voitures".

"On leur a demandé ce qu'il se passait. Ils nous ont expliqué que le pont s'était écroulé. Là évidemment tout le monde a commencé à paniquer sachant que les policiers criaient vraiment très fort dans les micros, en nous disant de nous dépêcher."

"En faisant marche arrière, on se rend compte, quand on se pose, qu'à deux minutes ou à trente secondes près, c'était nous" confie-t-il.

La rédaction vous recommande

-----------------------------------------------------
États-Unis : à 14 ans, cet adolescent est candidat au poste de gouverneur du Vermont

Programme, site de campagne, meetings... Ethan Sonneborn fait tout comme un grand. Mais ce candidat au poste de gouverneur de l'État du Vermont aux États-Unis n'a que 14 ans. Il est en lice dans la primaire démocrate, qui a lieu ce mardi 14 août.

Son site de campagne détaille son programme complet. Encouragement à l'engagement des jeunes en politique, soutien à la protection sociale universelle, défense des droits de la communauté LGBT, proposition d'une taxe carbone et respect de l'accord de Paris... Ses idées sont très proches de celles de Bernie Sanders, sénateur du Vermont et candidat à la primaire démocrate en 2016 lors des élections présidentielles américaines.

Sa candidature n'est donc pas une blague, et elle est même légale. Comme ce jeune candidat le rappelle sur son site, selon la constitution du Vermont, toute personne ayant vécu dans l'État au moins 4 ans avant l'élection peut se présenter comme candidat au poste de gouverneur. Or le jeune homme y vit depuis toujours.

Alors même qu'il n'est pas en âge de voter, Ethan Sonneborne est ainsi un candidat sérieux, qui a même affronté ses adversaires, 4 à 5 fois plus âgés que lui, lors d'un débat. Malgré sa bonne volonté, ses chances de remporter la primaire démocrate sont toutefois très minces. 

La rédaction vous recommande

-----------------------------------------------------
Italie : les images de l'effondrement du pont Morandi à Gênes

L'effondrement d'un viaduc à Gênes (Italie) a fait au moins 30 morts selon le gouvernement, mardi 14 août. Vers midi, un des trois pylônes du viaduc du Polcevera, dit pont Morandi du nom de son ingénieur, s'est littéralement replié sur lui-même, faisant chuter le tablier du pont dans le vide.

Construit entre 1963 et 1967, ce viaduc long de plus d'un kilomètre survolait la ville de Gênes dans le Nord de l'Italie, et supportait un tronçon de l'autoroute A10. La région de Gênes étant très accidentée, le parcours de cette autoroute est jalonné de longs viaducs et de tunnels.

Il était encore trop tôt en début d'après-midi mardi pour connaître les circonstances de l'accident. Selon les premières évaluations techniques, il pourrait s'agir de défaillances structurelles. Des travaux de consolidation du pont avaient été entamés en 2016.

La rédaction vous recommande

-----------------------------------------------------
Le vin bleu est-il vraiment naturel ?

S'il attire tous les curieux depuis le début de l'été, le vin bleu commence à susciter des doutes. Dans Sciences et Avenirs, des scientifiques se montrent critiques envers le supposé naturel de sa couleur bleue.

René Le Bail, l'entrepreneur qui importe le Vindigo, assurait auprès de RTL.fr que ce Chardonnay blanc a simplement été macéré dans des peaux de raisins noirs, d'où il tire ses pigments bleus. Mais pour plusieurs chercheurs de l'Institut national de la recherche agronomique (INRA), cela paraît impossible sans ajouter d'autres produits. D'une part parce que ce procédé très délicat n'a été réalisé qu'en laboratoire. D'autre part parce que cela voudrait dire que le producteur mélange du vin blanc et du vin rouge, ce qui est interdit.

La couleur bleu ne pourrait alors venir que de deux autres méthodes. Soit le producteur y ajoute un colorant bleu, non indiqué sur l'étiquette. Soit son pH est augmenté pour augmenter les pigments bleus, une technique d'acidification assez risquée. Pour être fixé, "il faudrait réaliser l'analyse du vin" juge Véronique Cheynier, présidente de l'INRA.

L'appellation "Méditerranée" abandonnée

La revue scientifique pose une autre question : un vin bleu peut-il être vendu comme étant du vin ? Car les additifs qui agissent sur la couleur du vin sont soumis à un encadrement très strict : seul le caramel ou les colorants rouge et jaune sont acceptés pour bénéficier de cette appellation.

Le Vindigo a également eu un problème avec son appellation initiale. L'étiquette indiquait "Vin bleu de méditerranée". "Il y a eu au départ une erreur d'étiquetage involontaire relative à l'Indication géographique protégée (IGP) Vin de méditerranée, que nous avons retirée. Mais nous vendons du 100% Chardonnay. Jusqu'à preuve du contraire, le Chardonnay est du vin", a répondu un porte-parole de Mediterra Vins, qui commercialise le Vindigo.

La rédaction vous recommande

-----------------------------------------------------

Doucement,.le serveur n'aime pas les clics trop rapides ! (Protection anti-spam pour les robots)